Vous êtes ici : Accueil > Culture > Bourges capitale européenne de la culture

Bourges capitale européenne de la culture

Bourges, ville de culture… Festivals, visites, concerts, expositions… chaque semaine, la culture résonne dans les rues de Bourges. Son Printemps de Bourges, ses musées, son école Nationale d’Art, sa Maison de la Culture, ses nombreuses associations culturelles… l’ADN de Bourges, c’est la culture !
Bourges Capitale Européenne de la Culture ? Et pourquoi pas ! En 2028, notre ville tentera sa chance.

Qu’est-ce que le label « Capitale européenne de la culture » ?

Ce label né en 1985, est à l’initiative de l’actrice Mélina Mercouri, alors Ministre Grecque de la Culture. 2 ans plus tard, Athènes devient la première « Ville européenne de la culture », appellation transformée en 1999 par « Capitale européenne de la culture ».
Le but de ce label est, selon la Commission européenne, de « mettre en valeur la diversité de la richesse culturelle en Europe et les liens qui nous unissent en tant qu’ Européens ». Plus précisément, il s’agit de préserver et promouvoir la diversité des cultures européennes, en mettant en valeur leurs points communs, améliorer le sentiment d’appartenance des Européens à un espace culturel commun et faire de la culture un moteur du développement à long terme des villes.
Depuis sa création, sur plus de 60 villes labellisées, seul 4 villes françaises ont reçu ce titre (Paris en 1989, Avignon en 2000, Lille en 2004, Marseille en 2013). En 2028, aux côtés d’une ville tchèque, une autre ville française sera de nouveau à l’honneur. Bourges sera candidate et espère rayonner dans toute l’Europe !

La culture au coeur de la stratégie de développement de tout un territoire

Riche de son héritage humaniste, de son patrimoine historique et naturel, de ses équipements et événements culturels emblématiques, Bourges est pourtant rendue invisible par les pôles métropolitains, qui attirent les richesses économiques et concentrent les populations. Bourges semble éloignée des espaces d’échanges, insuffisamment identifiée au coeur d’une diagonale du vide symbolique. La Ville a pour ambition de faire de la culture le levier de la revitalisation et du développement économique et touristique de son territoire.

Pour mener ce chantier d’envergure et de long terme, elle s’appuiera sur des partenaires incontournables, à différents échelons territoriaux : l’Agglomération Bourges Plus, le Conseil Départemental du Cher et la Région Centre-Val de Loire.

La candidature s’appuiera en outre sur le développement de la diversité culturelle et la transdisciplinarité. Le territoire du projet sera interrogé, notamment à l’échelle de l’intercommunalité. La Ville a également fait appel à une assistance de maitrise d’ouvrage en ingénierie culturelle pour l’accompagner.
Pour donner davantage de poids à cette candidature, deux personnalités reconnues, Lydie Lescarmontier et Hervé Le Tellier, respectivement Marraine et Parrain de la candidature, mettront à profit leur notoriété et leurs compétences.

Un manifeste à signer, pour donner de la voix à cette candidature !

Bien entendu, tous les acteurs du territoire et au-delà, doivent s’impliquer pour oeuvrer à la réussite de cette candidature dont ils seront les premiers acteurs, ambassadeurs et bénéficiaires.
Personnalités médiatiques, habitant.e.s, entreprises, artistes et artisans, touristes de passage, villes jumelées… tou.te.s sont d’ores et déjà invité.e.s à soutenir symboliquement la candidature de Bourges en signant un manifeste disponible ici :

Soutenez la candidature de Bourges au titre de Capitale Européenne de la Culture

Si ses partenaires et ambassadeurs sont plus que jamais à ses côtés, la reconnaissance de Bourges comme Capitale européenne de la culture constituera le catalyseur indispensable de sa revitalisation. Outre les moyens financiers octroyés, cette labellisation offrira à la ville une exposition médiatique à l’échelle de l’Europe et au-delà et génèrera d’importantes retombées économiques.

Les étapes de la candidature

2017 : Prémices d’un soutien pour une candidature de Bourges
2020 : Début des réunions de travail sur le sujet
2021 : Lancement officiel de la candidature de Bourges pour 2028
2022 : Dépôt du dossier de candidature
2023 : Désignation de la ville retenue

LES GRANDS AXES DE LA CANDIDATURE DE BOURGES
Les lignes de force du projet

Rayonner et attirer

Bourges doit rayonner et assumer sa centralité dans l’Hexagone. Elle en a la légitimité géographique, historique et le potentiel culturel. Bourges doit voir plus loin et également rayonner au niveau européen. à la fois comme force d’attraction et d’expansion. Elle rayonne déjà aujourd’hui, en tant que « ville lumière » et grâce à ses grands rendez-vous qui attirent des touristes de l’Europe entière. Son appartenance à l’association LUCI (regroupant les villes lumière) et son événement estival Les Nuits Lumière de Bourges en sont autant de marqueurs forts.

Pierre angulaire du projet, la nouvelle Municipalité souhaite que Bourges devienne « LA Cité des Artistes » de France, d’Europe et au-delà. Renouant ainsi avec sa tradition de ville mécène et pépinière de talents, elle souhaite, à travers ses nombreuses structures culturelles, leur proposer un accompagnement complet et transdisciplinaire.

Relier et décloisonner

L’originalité de la candidature de Bourges ne réside pas dans la construction d’équipements pharaoniques, mais plutôt dans sa capacité à fédérer et à créer du lien entre les acteurs et publics du niveau le plus local au niveau le plus international, en préservant son âme de petite cité médiévale. La candidature doit aider à rassembler toutes les énergies vers un objectif commun : remporter la candidature et faire de Bourges LA ville de la culture à taille humaine.

Créer du lien, c’est aussi faire dialoguer les époques : écrire une nouvelle page tout en puisant son inspiration dans son patrimoine historique et culturel et en le valorisant. Les artistes permettent de faire ce lien tant avec leurs techniques qu’en suscitant l’émerveillement.

Si la candidature de Bourges se veut frugale en termes budgétaires, ses ambitions sont inversement proportionnelles et multiples. Grâce à ce rayonnement culturel, la Ville entend retrouver un rôle central mais en accordant aussi une place de choix à la question de l’accès à la culture et de la transition écologique, fidèle à son engagement militant, en faveur d’une culture accessible à tou.te.s mais aussi respectueuse de l’environnement. Une culture ancrée dans son temps et reliée aux enjeux de son époque.

Le projet porté par Bourges et ses partenaires entend permettre à la culture de circuler partout sur le territoire, jusqu’aux publics les plus éloignés tant géographiquement que socialement. Susciter la conversation autour de la culture et de sa place dans la candidature est une nécessité pour que la culture devienne… une culture. Une ville qui veut mettre la culture au centre ne peut pas ignorer cette question de la culture de la culture. Non pas tant pour inculquer mais pour rendre possible l’émergence d’expressions nouvelles et de talents. Future ville d’artistes, Bourges doit aussi permettre cette rencontre et ce dialogue entre les artistes et leurs publics. Bourges doit également rendre la promesse si belle que le voyage ne semblera pas si loin pour les habitants comme pour les touristes.

Décloisonner les territoires et les publics est une ambition certes noble, mais à condition de la conjuguer avec l’envie de « décarboner » la culture, et de favoriser par exemple les mobilités douces. Parmi les grands projets, « La Loire à Vélo » devrait s’étendre jusqu’à Bourges et lui permettre de rallier à vélo les Châteaux de la Loire.

Le décloisonnement évoqué dans la candidature est aussi et surtout celui des disciplines. Bourges est aujourd’hui essentiellement connue pour son patrimoine historique et pour son festival Le Printemps de Bourges. Il est temps de faire émerger d’autres atouts et d’autres expressions artistiques et culturelles. Bourges est aussi une ville d’artisanat et accueille une nouvelle génération d’artisans d’art, de la gastronomie, etc.

Eux-aussi doivent être associés à cette initiative. Bourges et son territoire possèdent également une véritable culture de l’innovation scientifique reconnue mondialement, à travers son industrie aérospatiale, l’armement et la radioastronomie, mais aussi son laboratoire artistique UrsuLaB, qui allie arts et sciences dans une démarche de coopération européenne.

Réveiller et révéler

La candidature doit réveiller la belle endormie. En termes de notoriété, le succès du Printemps de Bourges est l’arbre qui cache sa forêt culturelle. Il est essentiel de révéler le potentiel culturel trop méconnu de Bourges aussi bien auprès de ses habitants que d’autres publics venant d’ailleurs. La candidature est une belle opportunité pour cela. Son patrimoine vert, ses marais et ses étendues d’eau, ont un potentiel de révélation important qui doit être valorisé, tout en assurant leur préservation.

BOURGES DÉJÀ EN ROUTE VERS 2028 !

La candidature de Bourges au titre de Capitale européenne de la culture 2028 repose en premier lieu sur un projet de territoire exprimant les ambitions de Bourges et de ses partenaires à court, moyen et long termes. Le titre de Capitale européenne doit servir de catalyseur à ce projet, tandis que la culture doit permettre de fédérer et concrétiser ce projet commun.

Les 5 premiers grands « chantiers » opérationnels :

Le travail de définition du projet est en cours. Il se développe à travers les différents comités constitués à cet effet, en lien avec les 9 objectifs opérationnels fixés par la Commission européenne, dans le cahier des charges de la candidature :
1. Patrimoine : Parmi les premières grandes actions portant sur le patrimoine, il est notamment prévu :
> La refonte des musées du territoire berruyer : réécriture des projets scientifiques et culturels, refonte de la scénographie, valorisation patrimoniale en espace public, création du pôle muséal des Armées…
2. Transition écologique : En matière de transition écologique, plusieurs pistes sont en cours d’exploration, parmi lesquelles :
> Le développement de projets de « recherche action » avec les citoyens, des projets d’éducation artistique et culturelle, sur la base du projet et de l’exposition Sols porté par le Muséum d’histoire naturelle ;
> Le développement du slow tourisme et des infrastructures d’accueil
3. Accueil des artistes : Afin de pouvoir légitimement prétendre à devenir « LA Cité des Artistes », deux projets sont d’ores et déjà en cours d’élaboration :
> La reconversion de la friche Axéréal par l’Agglomération Bourges Plus en lieu de production artistique (ateliers et logements dédiés aux artistes) ;
> Le développement d’un programme de résidences artistiques à l’échelle régionale, en lien avec les bailleurs sociaux.
4. Ouverture à l’Europe : Cette ouverture à l’Europe est sans doute l’un des plus gros défis pour la Ville de Bourges dans cette candidature. Ainsi, des moyens humains et financiers vont être déployés pour permettre de :
> Développer des projets pilotes de coopération à partir des réseaux existants des acteurs culturels de Bourges ;
> Développer l’accueil d’institutions et d’artistes européens ;
> Intégrer la dimension européenne dans l’ensemble des événements culturels, éducatifs et sportifs du territoire ;
> Renforcer les capacités de la collectivité en matière de coopération européenne, notamment grâce aux villes européennes jumelées avec Bourges : Forli (Italie)/ Augsburg (Allemagne) / Aveiro (Portugal) / Palencia (Espagne) / Koszalin (Pologne).
5. Mobilisation citoyenne : La Ville est convaincue que cette candidature n’aurait pas la même vigueur sans la mobilisation de tou.te.s, et notamment des citoyen.ne.s. Cette candidature doit être pensée dans leur intérêt, tant culturellement qu’économiquement. C’est pour ce faire que deux actions ont d’ores et déjà été envisagées :
> La création de nouvelles instances d’implication des citoyens : l’Assemblée citoyenne et les Debouts de la culture ;
> L’élaboration d’une « Charte de participation citoyenne »

Un comité de pilotage élargi et transversal

Le comité de pilotage de la candidature regroupe à la fois des acteurs de la culture, du tourisme, mais aussi des acteurs institutionnels et économiques au niveau local, départemental et régional, afin de décloisonner l’ingénierie des projets et de favoriser la transdisciplinarité.

Pilotage :
Politique : Yann Galut, Maire de Bourges, et Yannick Bedin, Maire-Adjoint à la Culture
Technique : Alexandra Chochoy, Directrice générale des services

Elues :
Constance Bonduelle, Maire-Adjointe déléguée à la Promotion et animation de la ville, à la Communication, aux Relations Internationales.
Corinne Trussardi, Maire-adjointe déléguée au patrimoine et au tourisme.

Acteurs culturels :
Boris Vedel (entreprise – musiques actuelles)
Olivier ATLAN (Directeur EPCC Maison de la Culture de Bourges)
Franck Ciup (musicien, Théâtre Saint-Bonnet)
Alain Vankenhove (musicien, Data live project – Bourges Jazz festival)
Antoine Réguillon (ministère de la Culture – enseignement supérieur)
Isabelle Carlier (association – création contemporaine)
Erik Noulette (association – création contemporaine)
Leng Vang (Association BeUrSelf)
William Bensimhon, Directeur du Conservatoire (service municipal, musiques)
Colette Puynège-Batard, Conservatrice des bibliothèques (service municipal, lecture publique)
Florence Margo-Schwoebel, Directrice des musées et du patrimoine (service municipal, patrimoine et label Ville d’art et d’histoire)

Partenaires :
Ludovic Azuar, Directeur de l’AD2T (Agence de Développement du Tourisme et des Territoires du Cher)
Président du Syndicat départemental d’électricité
Président de la Chambre de commerce et d’industrie

Institutionnels :
Monsieur Le Préfet de Région – Direction régionale des affaires culturelles
Monsieur Le Président de Région
Monsieur Le Président du Conseil départemental
Irène Félix, Présidente de l’Agglomération de Bourges

Ressources internes :
Direction culture / Pôle événement – Direction communication / Service des marchés publics / Cabinet du Maire de Bourges.

Dossier de presse